Les questions générales sur la licence Économie gestion

> Le type de baccalauréat a-t-il de l’importance pour réussir la licence économie gestion ?

Les taux de réussite selon la filière de Baccalauréat figurent sur la fiche Parcours Sup. Ils montrent que les filières générales ont des taux de réussite plus élevés que les filières technologiques, les filières professionnelles ne débouchant que très rarement sur une poursuite d’études au-delà de la L1.
En outre, les attendus présentés sur cette fiche vous permettent de prendre connaissance des exigences des études en licence économie gestion.
Si les statistiques donnent une idée générale des chances de réussite selon les filières de baccalauréat, c’est bien cependant l’attitude individuelle –assiduité, efforts de travail personnel, curiosité, etc.- qui est déterminante dans vos chances personnelles de réussite.

> Y a-t-il une sélection à l’entrée de L1 ?

Non, Parcours Sup n’introduit pas de sélection. Toutefois, comme c’était le cas auparavant, les capacités d’accueil en première année de licence d’économie-gestion sont limitées. Tant que les capacités d’accueil ne sont pas dépassées et conformément à la loi, nous accueillons tous les bacheliers qui le souhaitent en licence d’économie-gestion.

> A quoi correspond la réponse « Oui Si » ?

Vous pouvez avoir une réponse « Oui Si » à votre vœu d’orientation en L1. Si c’est le cas, vous pourriez vous voir proposer un parcours aménagé (en cours de construction) correspondant en des dispositifs obligatoires et évalués. Votre contrat pédagogique comportera alors des dispositions spécifiques afin que vous profitiez de soutiens compte tenu de votre profil qui peut laisser penser que vous aurez quelques difficultés en L1 d’économie-gestion. Si vous refusez de suivre ces dispositifs, vous devez refuser la réponse « oui si » donnée par l’université.

> Y a-t-il une sélection en fin de L1 ?

Non, à la différence de la médecine qui a un cadre réglementaire à part, la première année d’études universitaire n’est pas sélective. Cependant, la réussite suppose bien sûr d’assimiler les connaissances (et d’atteindre 10 de moyenne). Environ 75% des étudiants qui viennent en cours et aux examens réussissent leur L1 chaque année, avec des fortes disparités entre les baccalauréats généraux et les autres.

> Les étudiants sont-ils individuellement accompagnés ?

Contrairement à ce que vous pouvez craindre, les étudiants de L1 ne sont pas livrés à eux-mêmes. Ils sont accueillis lors d’une semaine au cours de laquelle des informations leur sont données afin de ne pas être perdus. Un binôme d’enseignant et étudiant de L2 appelés « référents » vous accompagnera tout au long de l’année. De plus, les « Travaux dirigés » reprennent la disposition des classes que vous connaissez au lycée avec une trentaine d’étudiants qui se côtoient tout au long de l’année et avec des enseignants de TD stables. Le contrôle continu auquel donnent lieu ces TD compte pour la moitié de votre note de L1. Enfin, un secrétariat de scolarité, un responsable pédagogique sont des interlocuteurs sur lesquels vous pouvez compter et il existe une association des étudiants qui vous permettent de ne pas vous retrouver isolés à l’Université ». Cependant, vous disposez de plus de liberté qu’au lycée, l’assiduité étant contrôlée seulement pour les TD. Ainsi, il faut rapidement apprendre à travailler pour vous-même, et donc vous imposer une discipline de travail exigeante. Les témoignages des étudiants passés par là avant vous sont une aide précieuse pour comprendre comment vous devez réussir à être rapidement autonomes.

> Les mathématiques sont-elles importantes dans les études d’économie-gestion ?

Les attendus qui apparaissent sur la plateforme Parcours Sup font apparaître qu’il faut effectivement maîtriser des outils mathématiques de base pour pouvoir suivre les enseignements. Toutefois, les enseignements en mathématiques sont adaptés à des étudiants qui, pour la plupart, ne sont pas des spécialistes : exercices d’entrainement en ligne, pédagogie inversée. Par ailleurs, le principe de compensation fait qu’un étudiant peut aussi rattraper des résultats faibles dans une matière par de meilleurs résultats dans une autre. Enfin, il est possible dans la suite de vos études en économie-gestion de donner plus ou moins d’importance aux matières quantitatives selon vos choix de parcours.

> Quelle est la part du contrôle terminal / continu ?

Le contrôle terminal (les notes aux partiels de fin de semestre) et le contrôle continu (les notes données régulièrement en TD) sont équilibrés. Dans les matières comportant les deux, les coefficients sont de 50%-50%. Il est important de comprendre que le contrôle continu est la meilleure façon d’avoir une « assurance-réussite » en L1 car les notes correspondent à des travaux réguliers auxquels il est plus facile de faire face que l’examen terminal. De plus, les séances de TD permettent de comprendre les cours magistraux et elles sont donc importantes aussi dans ce sens-là.

> Y a-t-il un rattrapage pour les examens terminaux ?

Oui, c’est réglementaire. Tout étudiant peut le passer à la condition de ne pas avoir validé en session 1 bien sûr. Ces rattrapages ont lieu au mois de juin. Vous pouvez repasser toutes les matières que vous n’avez pas validées, sans obligation. Il n’y a pas de note minimale à atteindre. La validation d’un semestre ou de l’année repose sur l’atteinte de la moyenne de 10, toutes les notes se compensant les uns les autres.

> Quelle quantité de travail est nécessaire ?

C’est difficile à dire car vous ne serez pas tous égaux quant à la capacité de compréhension et d’assimilation. De plus, vous devrez acquérir de bonnes méthodes de travail afin que le temps passé soit le plus efficace possible. En premier lieu, cela repose sur une attitude en cours magistraux (CM) de façon à en profiter le mieux possible : attention soutenue, participation, prise de notes et révision d’une fois sur l’autre.
Les cours (CM et TD) représentent environ 24 h par semaine. La révision des CM, voire les recherches pour compléter les connaissances de cours et la préparation des séances de TD font qu’il faut compter du temps pour le travail personnel, entre 10 et 20 heures selon vos facilités et selon les périodes. La fréquentation de la Bibliothèque Universitaire (BU) et le travail de groupe sont des solutions pour que ce travail soit efficace.
Précisons que l’année est courte (septembre – avril pour les étudiants ne passant pas le rattrapage). Cependant, il y a peu de temps entre la fin des cours et les partiels ce qui demande une bonne anticipation et un travail régulier.

> Quelles matières faut-il avoir apprécié au lycée pour faire économie-gestion ?

Pour les lycéens de la filière ES, les SES sont bien sûr une matière qui a des correspondances avec les études d’économie-gestion. Cependant, le contenu et la forme des enseignements universitaires en diffèrent beaucoup. De même, les lycéens de la filière STMG ont pu tester leur intérêt pour les matières de gestion qu’ils auront en licence d’économie-gestion, avec aussi des différences par rapport aux enseignements de lycée.
De façon plus générale, et pour les lycéens qui n’ont fait ni ES, ni STMG, l’économie et la gestion supposent d’avoir de l’intérêt pour les questions économiques et sociales. Si vous vous intéressez à l’actualité dans ces domaines-là, c’est un bon signe d’un intérêt éventuel pour les enseignements dans la filière d’économie-gestion.
Le mieux pour le savoir est de participer aux événements visant à vous aider dans vos choix d’orientation (journée des lycéens, Amphis ouverts, forums d’orientation vers le supérieur, etc.) et d’essayer d’avoir un contact avec des étudiants de la filière qui pourront vous donner des indications. Vous pouvez aussi consulter le livret d’information de la L1 dans lequel vous trouverez des présentations des différentes matières (les syllabus).

> Quelle différence entre la licence d’économie-gestion et des DUT (GEA, TC, etc.) ?

Le DUT est un diplôme sur 2 ans, de même que les BTS. Le type d’enseignement est différent de celui de l’université puisqu’il est plus axé sur la professionnalisation. La poursuite d’études consiste généralement en une licence professionnelle ou en école de commerce éventuellement. Retourner à l’université, ou en Master, n’est pas le parcours normal.
Il est toutefois possible de le faire mais l’obtention d’un DUT ne permet pas d’accéder de droit à une troisième année de licence. L’accès est plus normalement au niveau L2 et ceci, selon la spécialité du DUT ou du BTS. Si le contenu du DUT ou du BTS est très éloigné de la licence d’économie-gestion, vous reprendrez même plutôt en L1.

> Les cours sont-ils dématérialisés ?

Non, aucun cours de première année de licence n’est dématérialisé. La Faculté d’économie privilégie le face-à-face pédagogique, permettant un échange entre l’enseignant et l’étudiant en CM et surtout en TD. Cependant, la licence d’économie-gestion peut être effectuée en EAD (cf. lien).

> Quelle différence entre les parcours « économie-gestion », « économie-gestion/langues » et « économie-gestion/droit » ?

La licence d’économie-gestion est une licence générale. Les 2 autres sont des doubles licences : deux diplômes sont acquis en 3 ans. Elles sont à capacité limitée et l’afflux de candidats entraîne une sélection. La licence économie-gestion/Langues est organisée à Grenoble et à Valence tandis que celle d’économie-gestion/Droit l’est seulement à Valence. Voyez leurs fiches spécifiques pour plus d’informations.

> Y a-t-il une différence entre la licence parcours « économie gestion » à Grenoble et à Valence ?

Non aucune, le même diplôme vous est délivré (la licence est un diplôme d’Etat). Les effectifs sont plus restreints à Valence, donc nous vous conseillons ce site universitaire, géré par la Faculté d’économie de Grenoble (même enseignants) si vous résidez en Drôme ou Ardèche.

> Y a-t-il des passerelles en cours de licence vers d’autres formations ?

La licence est une formation de 3 ans, ayant sa cohérence, et s’engager en L1 suppose une logique de formation jusqu’à la L3 au moins. La professionnalisation se fait à partir du Master qui en est la suite logique. Néanmoins, il est possible de bifurquer vers d’autres formations comme les écoles de commerce.

> Y a-t-il des métiers accessibles avec une licence d’économie-gestion (sans master) ?

Oui quelques-uns (voyez les fiches métiers), en particulier les concours de recrutement de la fonction publique de niveau licence. Les statistiques montrent que l’obtention d’une licence générale permet d’avoir une insertion professionnelle correcte. Néanmoins, la logique de l’entrée dans une licence est de poursuivre au niveau Master, soit 5 années d’études après le baccalauréat.

> Pourrais-je faire du sport, étudier des langues étrangères ?

Oui, voyez la plaquette. Une langue est obligatoire (anglais économique), et vous pouvez prendre du sport ou une LV2 en bonification au semestre 1. Au semestre 2, il est possible de continuer le sport ou la LV2 dans le cadre des enseignements optionnels.

> Pourrais-je réaliser une année en échange (Erasmus) ?

Oui, il est tout à fait possible, à condition d’avoir un bon niveau de langues, de faire sa troisième année, la L3, à l’étranger.

> Puis-je faire des stages ?

En licence, le stage n’est pas obligatoire mais est conseillé pour vérifier votre intérêt pour tel ou tel métier. Il doit se faire en dehors des périodes pédagogiques.

> Puis-je étaler mes études de licence sur plus de 3 ans ?

Le redoublement est de droit lorsque vous n’avez pas validé votre année, et les matières validées sont conservées. En revanche, vous devez aller à tous les cours obligatoires sous peine d’être défaillant : les enseignements ne sont pas « à la carte».

> Où est située la Faculté d’économie ?

Tous les cours sont dispensés sur le campus de Gières – St Martin d’Hères. Pour le site de Valence, les locaux sont dans les bâtiments Soubeyrand, ex site de Latour-Maubourg.

> Est-il prévu des aménagements pour les étudiants qui travaillent ?

Les étudiants qui travaillent n’ont pas de dispense d’assiduité mais peuvent bénéficier d’un emploi du temps adapté à leurs horaires de travail, dans la mesure du possible. Les études doivent rester la priorité et les contraintes du travail étudiant peuvent ne pas être compatibles. Il faut savoir que faire des études universitaires demande à ce que vous ayez du temps disponible pour suivre les cours et effectuer un travail personnel nécessaire. Si un travail rémunéré vous accapare trop, vous risquez d’échouer dans vos études.

> Est-il obligatoire d’aller en cours ?

Il y a bien sûr une obligation d’assiduité. Cette assiduité cependant n’est contrôlée que lors des séances de travaux dirigés (TD). Un appel systématique sera effectué et les étudiants n’ont droit à aucune absence injustifiée, la liste des justificatifs étant limitative (documents officiels). Les étudiants doivent justifier de leurs absences auprès de leurs enseignants de TD directement. Et en cas d’absence injustifiée, une note de « 0 » est donnée au contrôle continu de la matière concernée.
Pour les cours magistraux (CM) en amphis, il n’y aura évidemment pas d’appel. Mais, pour autant, la présence est considérée comme obligatoire et c’est un gage de réussite que d’assister aux cours le plus régulièrement possible, en rattrapant en cas d’absence le contenu de la séance.

> L’emploi du temps est- il le même chaque semaine ?

Oui, sauf cas exceptionnels (absence d’un enseignant, devoirs), l’emploi du temps est identique d’une semaine à l’autre, vous permettant de vous organiser pour des activités extra scolaires (travail, activités sportives ou associatives)

> Y a-t-il des cours de soutien organisés ?

Oui, au deuxième semestre, des cours de renforcement sont proposés dans certaines matières pour les étudiants devant passerelles examens de la deuxième session

> Quel est le coût de la formation ?

Outre le matériel personnel que vous serez amenés à acheter, le coût est le même que dans les autres licences, soit 184 €/an

> D'autres questions ? Dans ce cas merci d'envoyer un mail à :
[herve.charmettant@univ-grenoble-alpes.fr]
[antoine.clerc@univ-grenoble-alpes.fr]