Le projet Sabat Sfakys, fruit de la coopération entre les villes de Grenoble (France) et de Sfax (Tunisie) et de la collaboration entre leurs universités, se focalise sur la Médina, centre historique de Sfax, qui abrite les ateliers des travailleurs du cuir et de la chaussure depuis plusieurs décennies.

Il s'inscrit dans un contexte de dégradation du patrimoine architectural de la Médina, dont l'entretien des bâtiments est difficile et onéreux ; mais également de crise du secteur, qui se manifeste par des chutes des volumes de production et d'importantes difficultés à transmettre ce savoir-faire traditionnel.

L'objectif de ce projet est de partir d'une approche verticale, de redynamisation du secteur, pour déboucher sur un objectif plus global qui tend à redonner vie à la Médina.

Sabat Sfakys vient soutenir l'organisation d'acteurs d'horizons multiples, passionnés et déjà impliqués dans la préservation de la Médina et de ce savoir-faire. Il s'agit d'industriels et d'artisans du secteur mais également des activités qui gravitent autour, d'acteurs de la société civile et d'associations, d'universitaires et de chercheurs pluridisciplinaires.

Après plusieurs mois de recherches, en mars 2018, vingt étudiants sfaxiens et grenoblois issus de diverses formations (économie territoriale et développement, économie fondamentale, marketing, design produit et design espace, communication et sciences de l’environnement) se sont rencontrés pour mener des enquêtes de terrain sur place.

Cette première édition de coopération inter-universitaire se veut pleine d’avenir puisque les enquêtes de terrain ont permis de constituer un groupe pilote d'artisans et d'industriels pour implémenter le projet. Un étudiant grenoblois a également été recruté en stage de fin d'études pour poursuivre l'avancée d'un projet qui gagnerait à être reconduit dans les années à venir. L’objet de ce stage est en effet d’arriver à formaliser un groupement d’industriels/artisans et de proposer une stratégie à trois ans pour la dynamisation du secteur cuir/chaussure de la Médina.

Cette expérience n’est pas une première ; elle s'intègre depuis plusieurs années dans le cadre d'un séminaire d'Enquêtes de terrain pour un projet de territoire du Master Economie Territoriale et Développement et fait figure d’innovation pédagogique dans une formation qui sait lier théorie et pratique.