144747-TEMPUS-2008-JPCR-ETF-JP00237-2008

Membres de consortium :

Universités :

  • Université Pierre Mendes France (coordinateur),
  • Université des sciences appliquées de Savonia (Kuopio, Finlande),
  • Université « La Sapenzia » (Rome, Italie),
  • Ecole Internationale de management (Dortmund, Allemagne),
  • Université d'état d'économie et de finances de Saint-Pétersbourg (Russie),
  • Université d'Etat Polytechnique de Saint-Pétersbourg (Russie),
  • Université d'Etat Technique de Samara (Russie),
  • Université d'Etat d'Economie de Samara,
  • L'Université Kazakhe Nationale Technique du nom de K.I.Satpaev, Institut de l'Energie et de la Communication d'Almaty (Kazakhstan),
  • Université Economique de Kazakh,

Entreprises :

  • E. ON AG (Düsseldorf, Allemagne)
  • RWE-Westfalen-Weser-Ems Dortmund, Allemagne),
  • AIESEC,
  • S. A. Integra-Management (Moscou, Russie),
  • Schneider Electric (France).

Durée :

15.01.2009 - 14.01.2012

Budget :

1.113.987 euros

Objectif :

Développer dans les universités Techniques et les universités d'Economie de Russie (Saint-Pétersbourg, Samara) et du Kazakhstan (Almaty) de nouveaux enseignements et diplômes de Masters «Ingénieurs Economistes » décloisonnant les savoirs enseignés et les compétences professionnelles, répondant aux besoins de formation initiale et continue pour le management du développement durable dans les entreprises ou organismes de l'Energie et de ses industries, avec les nouvelles conditions et normes internationales.

Description :

Ce projet a comme objet de toucher le secteur très important pour l'économie et l'industrie russe et kazakh - l'énergie. C'était une idée commune de créer une formation qui pourrait rénover l'approche ancienne, et parfois vieillie, des technologies, des méthodes d'enseignement, mettre l'industrie énergétique russe et kazakhes dans la réalité où la question de développement durable se pose actuellement. Ces industries ont besoin des compétences nouvelles requises pour des ingénieurs et managers ayant en charge la conduite de projets aux divers niveaux des organisations et territoires concernés. Il s'agit en effet, tout particulièrement, de développer une pluridisciplinarité de formation entre ingénieurs et économistes, qui nécessite de surmonter l'obstacle des cloisonnements institutionnels ou culturels entre les universités d'ingénieurs (Techniques ou Polytechniques) et les universités d'Economie et Management.

Résultats obtenus :

Au total, en accord avec l'objectif, le résultat essentiel obtenu est l'élaboration et la validation par les 11 universités de l'architecture pédagogique commune des 7 Masters différents (4 Russes et 3 Kazakhs, répartis sur 3 universités d'Economie et 4 universités Techniques, sur les 3 pôles géographiques (Samara, Saint Petersbourg, et Almaty) qui accueillent les modules de cours du programme « Ingénieurs Economistes de l'Energie et du Développement Durable » (InEco-E2D), incluant des modules d' enseignements par les 4 universités Européennes.

L'objectif d'un système intégré de programmes de Masters dans ce domaine est pleinement atteint, à travers les 3 grands blocs ou modules d'enseignements créés en commun dans les 7 Masters :
  • module U1 (15 ECTS) = enseignements complémentaires techniques pour les étudiants (M1) des universités d' Economie, dispensés par les universités Techniques KZ et RU par pôle géographique
  • module U2 (15 ECTS) = enseignements complémentaires d'économie/management pour les étudiants ingénieurs (M1) des universités Techniques, dispensés par les universités d'Economie KZ et RU par pôle géographique
  • module U3 (18 ECTS) = enseignements de spécialités en économie/management de l'énergie et du développement durable pour les étudiants (M2) des universités d'Economie et des universités Techniques, dispensés par les 4 universités européennes, (choix de 2 par chaque étudiant )
Les Masters sont accrédités par les Ministères des pays partenaires, ils ont tous été ouverts soit en septembre 2010 soit en septembre 2011 dans les 7 universités russes ou kazakhes, et ce sont au total 95 étudiants (M1 et M2) qui se sont inscrits.

La coopération universités-entreprises a été valorisée tout au long du déroulement du projet, mais de façon volontariste et essentiellement concentrée dans les efforts conjoints du coordinateur du projet, de l'enseignante coordinatrice pour l'université Finec, et du représentant de Schneider Electric très impliqué, tandis que les autres entreprises et membres du consortium s'en sont tenus au minimum nécessaire aux objectifs du projet sur ce point : opérations pilote d'études de cas par les étudiants auprès d'entreprises ou organismes locaux de l'Energie, stages courts des enseignants et longs des étudiants dans des entreprises européennes, conférences ou participation à quelques débats par des professionnels d'entreprise (français, russes, italien, allemand) à St Petersbourg, Almaty et Samara sur le marché du travail, l'évolution des compétences attendues par les entreprises, la logique des masters InEco-E2D créés.

Par ailleurs, la taille du consortium et la nature du projet contenaient déjà en eux-mêmes un premier effet multiplicateur, non négligeable.

Le projet a répondu ici aux objectifs de Tempus 4 pour un plus grand impact des réalisations sur l'espace des pays partenaires, déjà suffisamment ambitieux.

Télécharger